Dauna Floguez

L'Eveil rend l'homme libre, de servir le plus humble. – Nos différences sont forces de Création. – Aucun être naît seul quand il est Homme.

A – Réponse de Dauna à Wael Magdy : Que sont les coutumes et les traditions héritées ??

Classé dans : Réflexion — 17 juillet, 2017 @ 11:48

Wael Magdy  : Que sont les coutumes et les traditions héritées ?? 

 

1 – De quelles coutumes et traditions parle-t-on ?

Familiale, politique, sociale, religieuse, économique, corporelle, universelle, philosophique, temporelle, agricole, etc.

a – C’est quoi « la culture » ?

Définition du dictionnaire :

  • Enrichissement de l’esprit par des exercices intellectuels.
  • Connaissances dans un domaine particulier : Elle a une vaste culture médicale.
  • Ensemble des phénomènes matériels et idéologiques qui caractérisent un groupe ethnique ou une nation, une civilisation, par opposition à un autre groupe ou à une autre nation : La culture occidentale.
  • Dans un groupe social, ensemble de signes caractéristiques du comportement de quelqu’un (langage, gestes, vêtements, etc.) qui le différencient de quelqu’un appartenant à une autre couche sociale que lui : Culture bourgeoise, ouvrière.
  • Ensemble de traditions technologiques et artistiques caractérisant tel ou tel stade de la préhistoire.

Wikipédia :

En philosophie, le mot culture désigne ce qui est différent de la nature, c’est-à-dire ce qui est de l’ordre de l’acquis et non de l’inné. La culture a longtemps été considérée comme un trait caractéristique de l’humanité, qui la distinguait des animaux.

 

Dauna :
La culture est la synthèse d’une multitude de facteurs croisés visibles à travers un seul prisme celui de la conscience.

 

b – Quels en sont les facteurs déterminants ?

c – Quels sont les facettes du prisme de la conscience ?

d – Exemple : la culture familiale.

Comment peux-tu la comprendre si tu n’étudie pas l’ensemble des données qui prennent en compte sa géographie ou localisation spatiale, son histoire celle de sa généalogie, la psychologie de ses membres, ses parcours initiatiques pour chacun d’eux qu’ils soient religieux, politiques, sociaux ou économiques, ses vies amoureuses, ses niveaux de consciences ….

L’analyse des seuls comportements du fils, du père et de la mère dans leur vie sociale actuelle retransmettent partiellement la culture familiale car en intégrant tous ces facteurs modulants ils réécrivent avec leurs filtres et leurs propres mensonges ou vérités la culture familiale.

2 – Qui sont les héritiers de ces coutumes et traditions ?

3 – Comment nommer l’ensemble des membres d’une même culture ?

4 – Faut-il avoir conscience de l’appartenance au groupe pour en porter les valeurs et les transmettre ?

5 – Et si oui, en avoir la conscience globale ou partielle ?

6 – L’étude doit s’attarder sur l’héritage où sur l’origine  ?

7 – Qui sont le ou les membres du groupe à l’origine de cette culture ? Sont-ils nombreux, identiques  ou  différents ?

8 – Quels intérêts pour une famille d’avoir et de transmettre cette culture ?

 

 

 

 

Wael Magdy pose une série de questions ……….

Classé dans : Laïcité,Politique,Réflexion — 17 juillet, 2017 @ 10:52

Wael Magdy questions :

Est-il possible pour une personne d’être libre de sa culture?

Que sont les coutumes et les traditions héritées ??

Est-il permis de se libérer d’eux ou non ??

Sont elles peuvent être un obstacle dans la voie de nos progrès ??

Une autre question importante que je voudrais demander: pourquoi est-ce que quelqu’un passe de la foi à l’athéisme?

Quel est le rôle dévolu aux institutions religieuses pour éliminer le phénomène de l’athéisme si elles représentent une menace pour la société?

Quels sont les facteurs qui peuvent conduire à l’apparition du phénomène de l’extrémisme religieux? Et comment est-ce que on peut l’adresser?

Réponse de Dauna en Gris – Wael en bleu

Réponse de Dauna à Wael Magdy  : Est-il possible pour une personne d’être libre de sa culture?

Très intéressante question. Ma première réponse serait : non

Premièrement il faut être conscient d’être porteur d’une culture ou des cultures qui nous dépassent.

Ensuite il faut s’interroger sur celles-ci car il y a plusieurs cultures qui nous façonnent.

Puis, il faut vouloir en changer pour la ou les remplacer car nous sommes construits d’une succession d’héritages culturels, et pour en changer il faut avoir une raison.

On ne peut pas se défaire de sa culture, on peut juste en modifier certains contours, et demander aux générations suivantes d’en faire autant. C’est une évolution sociétale !

Vraiment très intéressante question, qui permet de comprendre comment on doit prendre le sujet. Donc je répondrais de façon définitive à cette question à la fin du challenge proposait …..

 

Réponse de Dauna à Wael Magdy  : Que sont les coutumes et les traditions héritées ?? 

 

1 – De quelles coutumes et traditions parlent-on ?

2 – Qui sont les héritiers de ces coutumes et traditions ?

3 – Comment nommer l’ensemble des membres d’une même culture ?

4 – Faut-il avoir conscience de l’appartenance au groupe pour en porter les valeurs et les transmettre ?

5 – Et si oui, en avoir la conscience globale ou partielle ?

6 – L’étude doit s’attarder sur l’héritage où sur l’origine  ?

7 – Qui sont le ou les membres du groupe à l’origine de cette culture ? Sont-ils nombreux, identiques  ou  différents ?

8 – Quels intérêts pour une famille de transmettre cette culture ?

 

1 – De quelles coutumes et traditions parlent-on ?

Familiale, politique, sociale, religieuse, économique, etc.

A/  Prenons la culture familiale.

Comment peux-tu la comprendre si tu n’étudie pas l’ensemble des données qui prennent en compte sa géographie ou localisation spatiale, son histoire celle de sa généalogie, la psychologie de ses membres, ses parcours initiatiques pour chacun d’eux qu’ils soient religieux, politiques, sociaux ou économiques, ses vies amoureuses, ses niveaux de consciences ….

L’analyse des seuls comportements du fils, du père et de la mère dans leur vie sociale actuelle retransmettent partiellement la culture familiale car en intégrant tous ces facteurs modulants ils réécrivent avec leurs filtres et leurs propres mensonges ou vérités la culture familiale.

 

Réponse de Dauna à Wael Magdy  : Est-il permis de se libérer d’eux ou non ?? 

9 - Peut-on se libérer de sa culture ?  si on n’admet pas qu’il est probable quelle soit issue de sources d’erreurs ?

10 – Sommes-nous capables de la remettre en question à part le moment de l’adolescence ou en cas de violences physiques insoutenables ou de cassures définitives ?

11 – Peut-on être libre  en aimant aveuglément ses parents et sans critiquer  ses parents où les remettre en questions ?

12 – Comment être libre de sa culture sans la reconnaître, sans s’interroger sur sa place dans sa propre vie ?

13 – La critique est-elle néfaste à la stabilité d’un groupe culturel ?

 

Réponse de Dauna à Wael Magdy  : Sont elles peuvent être un obstacle dans la voie de nos progrès ??

 

L’intelligence est la capacité de pouvoir réussir dans un environnement donné.

L’étude nous apprend qu’à travers les âges les environnements changent, bougent et évoluent. Mais rarement on fait le parallèle avec sa propre culture familiale. Si cette dernière est trop puissante parce que sa remise en cause est interdite, tu ne peux évoluer avec le reste du monde et tu peux continuer à croire que ta vie est intelligente, alors que tu es dans un espace clos qui n’a pas su se remettre en question et qui se ment sans avoir la volonté de nuire, mais persuadé que la culture familiale et la meilleure de toutes car on a oublié que si les environnements se modèlent sans nous, c’est que nous sommes plus en capacité de réagir avec intelligence.

A toutes ces questions, et on pourrait en trouver une multitude tellement ce sujet qui paraît si anodin est vaste.

Une piste de réponses serait de savoir si on a conscience du dysfonctionnement de l’intelligence d’une famille à travers les âges ?

 

Réponse de Dauna à Wael Magdy  :

Quel est le rôle dévolu aux institutions religieuses pour éliminer le phénomène de l’athéisme si elles représentent une menace pour la société?

Quels sont les facteurs qui peuvent conduire à l’apparition du phénomène de l’extrémisme religieux? Et comment est-ce que on peut l’adresser?

 

 

Est-il possible pour une personne d’être libre de sa culture? Wael Magdy

Classé dans : Politique,Réflexion,Rêves Européens — 16 juillet, 2017 @ 11:23

Très intéressante question, et ma première réponse serait : non

Premièrement il faut être conscient d’être porteur d’une culture et ou des cultures qui nous dépassent

Ensuite il faut s’interroger sur celles-ci car il y a plusieurs cultures qui nous façonnent

Puis, il faut vouloir en changer pour la ou les remplacer car nous sommes construits d’une succession d’héritage culturels, et pour en changer il faut avoir une raison.

On ne peut pas se défaire de sa culture, on peut juste en modifier certains contours, et demander au génération suivante d’en faire autant. C’est une évolution sociétale !

Vraiment très intéressante question, qui permet de comprendre comment on doit prendre le sujet, merci !

 

Avoir peur de la puissance culturelle de l’autre, c’est ne pas connaitre la sienne, ou croire qu’elle n’a aucune valeur.

Vraiment très intéressante question

Je reviendrais sur cette question dont les réponses me paraissent essentielles à la Paix !

Révolution syrienne

Classé dans : Politique,Rêves Européens — 16 juillet, 2017 @ 11:20

Regards tournés vers l’avenir, la révolution syrienne continue son combat pour la liberté ! La Syrie est une clé de la paix à venir dans le Monde.

2027, une autre élection historique !

Classé dans : Brêves,Politique — 14 juillet, 2017 @ 9:26

IL y a très peu de personnages qui sont des clés de l’histoire, Emmanuel Macron en est une. Il en est conscient.

L’opposition n’a aucun intérêt à s’opposer systématiquement contre la logique du moment, cela n’aurait qu’un effet boomerang sur la vie politique à construire.

La chance est pour ceux qui ont entre 30 et 50 ans aujourd’hui, de pouvoir être le suivant en 2027, puisque que nos institutions autorisent deux mandats présidentiels pas plus.

Je reste convaincue, que l’objectif de Emmanuel Macron est de mettre en place une Présidence européenne élu au suffrage universel, dont il en sera le premier président.

Celui ou celle qui sera élu en 2027, et je reste convaincu que pour faire plus fort, il faudra présenter une femme afin qu’il n’y ait pas de comparaisons possibles. Donc celle qui le remplacera en 2027, sera celle qui aura été en capacité durant ces 2 quinquennats d’être une opposante constructive, capable d’être soit dans la marche de LREM quand les propositions seront censées par rapport à sa vision du Monde, soit dans une opposition intelligente et en capacité d’expliquer au peuple pourquoi elle n’est pas d’accord chaque fois que nécessaire, mais pas systématiquement. Elle devra aussi être une référence pour son parti, et sans aucun doute être aimée et détestée par lui et ceux qui voudront un autre ligne pour ne pas en faire une vedette, mais bien une réponse que les citoyens devront trouver en elle. J’invite d’ors et déjà ces partis à ouvrir leur porte gratuitement à toute personne souhaitant le construire, car le renouvellement d’idées et de candidats ne se fera qu’en puisant dans la plus belle des ressources : le peuple.

Tout le monde sait à qui je pense, Valérie Rabault, mais sans doute y en-a-t-il d’autres, mais je crois que nous reparlerons d’elle très longtemps pour le PS qui n’est pas mort, mais qui devra admettre qu’il fera parti d’une alliance et non plus la conduire, sauf s’il a été en capacité de donner la parole à des militants plus élargis : aux sympathisants.

Ce qui ce joue aujourd’hui, ce n’est pas une offensive des oppositions, mais bien une alliance avec le pouvoir pour gagner ensemble sur cet échec de la France dans la course à la mondialisation. Ce renouveau des pratiques politiques doit repousser le joug des lobbys mafieux qui rendent notre modèle en faillite, alors qu’il est sans aucun doute celui qu’adoptera l’europe avec une Présidente au suffrage universel et les élections de 2027 qui devront être dans la continuité si Emmanuel Macron réussie ce pari d’une France des Lumières (et je suis sûre qu’il réussira tant qu’il ne s’écartera pas de sa lignée de pensées) mais qui devront casser le moule de ce dernier sinon nous revivrons durant des décennies des replay macronnistes comme l’ont fait d’autres avant avec De Gaulle et qui ont fait flotter la France sur ses acquis durant 50 ans.

Les 30 ans à venir vont être une aventure formidable pour ce peuple français qu’on avait endormi comme des abeilles avec des modèles de fonctionnements non-démocratiques. L’enjeu est de redonner au peuple, aux associations, aux partis politiques, aux syndicats, aux entreprises, aux administrations tous leurs pouvoirs de décisions et de contrôles pour lesquels ils ont été imaginés par nos pères et mères et que nous avons dévoyé parce que nous avons interdit l’accès aux contrôles par le peuple en direct live. Désormais, internet propose de passer à l’étape suivante la transparence instantanée qu’il faudra constamment contrôlée car on ne change pas l’humain, on le modèle !

Dans les cuisines, on confond souvent diplomate et ambassadeur. Seuls, les palais prestigieux qualifient la finesse des gourmets.

Classé dans : Brêves,Politique — 13 juillet, 2017 @ 10:37

Visite de Trump, après celle de Poutine. Trouver une place dans le monde, demande de choisir la bonne cerise, si elle est belle, intelligente et diplomate, on ne voit quelle sur le gâteau, et somme toute en économie celui qui ravit la place, c’est l’offre la plus alléchante.

Prédiction pour les 30 ans à venir

Classé dans : Brêves — 12 juillet, 2017 @ 11:18

Si les politiques mesuraient tout ce qui se jouent en ce moment, ils n’excluraient pas leurs membres des partis classiques. Ils se retrousseraient les manches pour construire ce monde dans lequel nous avons désormais basculé depuis le vote Emmanuel Macron

Je vois déjà les luttes de pouvoir dans les comités. Il faudra que chacun mesure les enjeux réels d’un tel mouvement populaire. Se serait une erreur de croire qu’il suffira à un candidat de porter l’étiquette En Marche pour gagner des élections locales. Et l’inverse est vrai aussi,  croire que l’on peut se passer d’adhérer à En Marche pour gagner des élections locale à venir . C’est pour cette raison que je crois que LREM est un espace d’échange, un relais entre deux mondes.

Tout est à construire. Comme à chaque croisée de chemin, nous avons le choix entre le pire comme le meilleur. Nous aurons besoin d’une gauche et d’une droite positive. L’alternance est nécessaire à la démocratie et repousse la tentation des extrêmes qui peuvent à tout moment se rejoindre pour gagner le pouvoir, ne l’oublions jamais.

Emmanuel Macron sera président une deuxième fois, et s’il le souhaite le premier président de l’europe des nations unies.

Les futurs enjeux présidentiels sont pour 2027, et cela se prépare maintenant. Nous devons trouver et faire émerger les figures politiques de demain.

Les futurs enjeux politiques, les nouvelles règles sociales, économiques et écologiques se batissent maintenant. Le travail qui est devant nous est pharaonique, une nouvelle ère s’installe et nous avons du mal à en appréhender les contours. Déjà on voit se faufiler dans cette nouvelle économie des comportements « colonialistes », ceux-là mêmes qui trouvaient normal de condamner les femmes, d’utiliser la main d’oeuvre humaine (aujourd’hui leur cerveau) comme des objets que l’on utilise et que l’on jette …….. la liste des parallèles peut être longue :

1. Un système politique : nouvelles cartes – nouveaux statuts – nouveaux droits législatifs ou exécutifs – Europe.

2. Un système économique : E.S.S. – Ubérisation de l’entreprise – Nouvelles normes salariales

3. Un système culturel et cultuel : Laïcité – Diversité culturelle – Parité Homme/Femme

4. Un système juridique : Liberté de la justice – Mise en place de contre pouvoir

 

La réponse politique se déterminera en fonction de ces questions toujours d’actualité   :

La réponse est oui pour tous les courants de pensée pour ces questions :
-  Voulons nous une europe des peuples ?
-  Voulons nous une transition écologique ?
-  Voulons nous économie sociale et solidaire ?

La réponse est tranchée quand on change de principes, de repères et de dimensions. La réponse politique se différencie quand on pose ces questions :

- Voulons-nous une humanité ouverte sur l’univers ?

- Voulons-nous une humanité repliée sur elle-même ?

 

Nous avons désormais franchis ce pas, notre futur est dans l’espace, et nos réponses politiques devront le prendre en compte !

La transition écologique, oui ! Mais delà à tuer l’humanité pour sauver la planète ……. Euh, je demande à réfléchir !

Classé dans : Brêves,Politique — 12 juillet, 2017 @ 7:11

Une étude indique qu’il faudrait faire moins d’enfants pour réduire notre emprunte carbonne. Delà à penser qu’il faut tuer l’humanité pour sauver la planète.

Une chose est sûre, c’est qu’une fois qu’il y aura pas d’humain, il n’y aura personne pour constater si cette étude a de l’intérêt !

Ceci étant dit, la transition écologique doit être une passerelle, mais sûrement pas une doctrine sectaire !

La réponse est l’Art

Classé dans : Réflexion — 12 juillet, 2017 @ 5:37

A quoi sert de s’immerger dans notre société humaine puisqu’elle ne sait qu’inventer l’humain ?

Toute la différence entre les premières cultures et celles plus élaborées se trouve dans l’objectif de celles-ci. Les premières pensent qu’on ne peut rien inventer de mieux que l’humain, donc autant rêver d’un ailleurs sans en bousculer le présent, et les autres qui oublient que le rêve n’est pas une réalité, construisent en permanence ce qu’ils ont imaginé pour finir par n’inventer que l’humain, car nous ne sommes pas en capacité de rêver d’ailleurs.

Mais au final, qu’avons-nous vraiment envie ? Quand je me promène et que je vois les rêves qu’ont réalisé les humains, ce rêve d’Art, c’est une chance.

Après tout, bien sûr que l’humain n’invente que lui-même, cette merveilleuse machine de pensées, mais avant que ma descendance revienne à l’âge des premières cultures, j’ai le temps coincé dans ce monde moderne de me régaler de mots, d’art et d’humanité devant tous ces rêves réalisés.

De la vie sur des exo-planètes ?!

Classé dans : Histoires, Contes et Légendes,Réflexion — 12 juillet, 2017 @ 5:24

Il y a très peu de réponses à cette probabilité du 0 et 1

- Soit il y a rien et nous sommes seuls
- Soit il y a des quelques choses

Et dans ce dernier cas il y a trois options
- Soit ces quelques choses sont de l’ordre des premiers organismes de vie où le plancton serait l’organisme le plus élaboré, et nous n’avons rien à craindre d’eux
- Soit ces quelques choses sont supérieurs à nous, et ils sont non agressifs car on serait deja sous leurs contrôles, et donc nous n’avons rien à craindre d’eux
- Soit ces quelques choses sont aux mêmes stades que nous, et nous devrions nous préparer à tisser des liens amicaux ou à nous affronter, ce qui nous feraient entrer dans Star War, et là nous avons du soucis à nous faire !

Ou bien, autant dire des milliards de réponses ou possibilités !

Comme l’humain a horreur du vide, il est fort probable qu’il croira à la vie ailleurs. Les gourous n’ont pas fini d’exister. Il y a du beurre à se faire avec les exo-planètes !

Donc comme dit béatrice, à qui on s’adresse ? et pourquoi ?  Ah ………..  Franchement Béatrice tu auras changé ma vie De la vie sur des exo-planètes ?! dans Histoires, Contes et Légendes 1f642

Il reste tout de même la possibilité que la nature humaine soit seule dans l’univers, et je crois à cela !

12345...38
 

Tommychronique |
Artykuły na każdy dzień |
Sondages François Hollande |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Npa29
| Agirensemblespourpierrevert
| La Tunisie de Dina -